Histoire de Santa Lucia di Mercoriu 

 

Etymologie :

Quelle est l’origine étymologique du nom Mercociu ? Deux théories d’affrontent .
-Soit une dérivation directe du nom du dieu Mercure
-Soit une dérivation d’un terme germanique porteur de l’idée de “limite”, “passage”, “col”.

Les formes écrites les plus anciennes ( antérieurs à 1500 ) sont du nombre de deux. Elles proviennent des chartes du monastère de Monte cristo et concernant les propriétés de cette abbaye dans les pieve de Talcini et Venacu.

Les deux documents donnent la forme Marchorio, dont l’étymologie comprte l’idée de limite et de lieu de passage .
– “1031 ” , ” Santo Kyricho de lo Marchorio ”
– “1365” , ” a la fogata a Santo Kyricho de lo Marchorio ”

Définition Géographique :

La définiton géographique traditionnel est simple : c’est une petite région naturelle de la Corse Centrale, enclavée entre les pieve de Valle Rustie au Nord, Boziu à l’Est et Talcini au Sud.

D’un relief montagneux très accidenté, il est dominé par trois montagnes assez élevées :

– Le Monte Pianu Maiò au Nord-Est (1581 m)
– Le Monte Tumboni à l’Ouest (1062 m)
– U Muratu au Sud-Est (1033 m)

Composé de trois grandes vallées divergentes, le villages de Santa Lucia di Mercoriu ainsi que celui de Pieve di Valle constitue la commune de Santa Lucia di Mercoriu pour terminer au Sud dans les bassin d’épandage relativement plans, “I Fiuminali” , Fiuminale.
Cette situation géographique centrale et la proximité de la voie de communication naturelle ont toujours dû faire de Santa Lucia di Mercoriu un zone de passage, les points d’accès et de circulation interne les plus importants sont :

– U Collu à San Quilicu ( 500 mètres d’altitude )
– A Fugata ( 810 mètres d’altitude )
– U Collu à San martinu ( 904 mètres d’altitude )
– U Collu à Baziu ( 750 mètres d’altitude).

Le Mercoriu est aujourd’hui une région fortement déboisée à la suite de siècles de mise en culture céréalière, dans le cadres des “debbi”, et d’incendies d’origine pastorale. Il reste cependant des vestiges importants du boisement primitif de ce territoire.

Dans un passé lointain ( bas Moyen – Age et époque génoise : Vers 1200 ou 1300 – Vers 1730 ), le Mercoriu n’était qu’une petite région frontalière, sans existence autonome, au contact des pieve de Talcini et du Boziu. Sous l’Ancien Régime français et le début de la période révolutionnaire, le Mercoriu est entièrement rattaché à Talcini. De 1793 à 1812, au contraire, les villages du Boziu sont annexés dans un grand canton de Mercoriu qui s’étendait d’Ouest en Est, de Tralonca à Albitru. Cette situation se maintient dans ces grandes lignes jusqu’au dernier découpage administratif (1973) où se crée par regroupement un très vaste canton, dit “de Bustanicu”, qui associe le Mercoriu traditionnel, le Boziu et la partie Orientale, axée sur le cours du Tavignanu, de l’ancienne pieve de Rogna.

On peut trouver aujourd’hui dans la commune de Santa Lucia di Mercoriu différents vestiges de l’antiquité comme des Menhirs situé dans le Fiuminale ainsi que différentes fontaines de l’époque romaine et églises réparties dans toute la commune.

Depuis 2015 la commune de Santa lucia di Mercoriu fais partie du canton de Golu-Merusaglia.

 

LES ANCIENS MAIRES  DE SANTA LUCIA DI MERCORIU

1819-1821 PIETRI Jules-Antoine (1 an)

1821-1829 TIBERI Luiggi (8 ans)

1829-1830 TIBERI Jean Martin (1 an)

1831-1837 VICENTI Clemente (6 ans)

1837-18847 GIUDICELLI Jean-Philippe (11 ans)

1847-1848 GUERRINI Francescu (2 ans)

1848-1850 TIBERI Jean-Martin (2 ans)

1851-1857 TIBERI Louis ( 4 ans)

1863-1865 GIUDICELLI Jean-Philippe (2 ans)

1865-1871 FERANDI Jean-Martin (6 ans)

1872-1875 TIBERI  Louis (3 ans)

1875-1888 TIBERI Lodovicu (13 ans)

1888-1935 ZUCCARELLI Jean-François (47 ans)

1935-1945 ZUCCARELLI Jean (10 ans)

1945-1983 ZUCCARELLI Charles (38 ans)

1983s-1994   ZUCCARELLI Pascal ( 11 ans)

1994-1998 GUIDUCCI Jean-Baptiste(4 ans)

1998-2011 GERONIMI François-Marie (3 ans)

2011– PARIGI Paul